mercredi 26 décembre 2007

Tourne-toi, faut que je te parle!

Mes doutes avaient fini par voler en éclats, quant à la propension que pouvait avoir M. le président à jeter ses proches dans l'arène médiatique, lorsque l'actualité commençait à le gêner.

J'avais fini par être convaincu que, oui, ce type-là serait prêt à sacrifier sa propre mère pourvu que les médias, par ce biais, détourne notre attention des problèmes de fond.

Je ne vous referais donc pas "l'analyse" de la mise en examen de Chirac, pas plus que celle de l'annonce, tombant fort à propos (le 18 Octobre 2007), du divorce du couple présidentiel.
Merci d'aller lire ce billet-là, s'iouplaît, si vous voulez bien vous donnez la peine.

Dans le même ordre d'idée, son idylle avec Carla Bruni, rendue publique au sortir d'une semaine d'affres kadhafesques, je ne voulais pas en parler non plus. C'était, à mes yeux, tomber dans le piège de la Politique-Spectacle, que cet enc..., il faut bien le reconnaître, maîtrise parfaitement.

Regarde par-là, pendant que je t'emmanche par ici.
Non merci.

Il faut reconnaître, pourtant, que M. le président est tellement grotesque que l'on se sent obligé de parler des (non) évènements médiatiques qu'ils engendrent, les experts en comm' dont il s'est entouré et lui-même.



Alors quoi? Pourquoi en parler dans ce billet tout en beuglant que c'est une connerie?

Parcequ'une bonne partie de la blogosphère, expression des média soi-disant alternatifs, finit par souffrir des mêmes travers que les médias officiels, dont elle est censée s'écarter.

Parceque les problèmes de fond, sus-évoqués, et souvent posés dans la dite blogosphère, finissent à leur tour par être noyés par "les conneries peopolo-présidentielles à la Paris-Match".

Parceque pendant que nous déblatérons sur le voyage amoureux du nain en Egypte, nous oublions qu'il vient à nouveau de cracher sur le principe premier de la Démocratie, reniant le choix exprimé par le Peuple, lors du référendum sur l'adoption du TCE, par exemple.

Parcequ'en nous focalisant sur ce genre de conneries, nous prêtons le flanc aux critiques simplistes à l'extrême : "Mais arrêtez de vous acharner sur N. Sarkozy, il agit lui, au moins..." et autres conneries dont nos commentaires sont, pour le coup, du même niveau.

Parcequ'en ne parlant que de ses parties de jambes en l'air au bord du Nil, nous oublions toute la Politique qu'ils sont en train de mettre en place, LUI ET tous les députés de son bord et ministres de son gouvernement qui oeuvrent dans le même sens.
Il convient, en somme, de dépasser la simple affaire de personne, comme c'était déjà le cas naguère.

Parcequ'enfin, en plongeant là-dedans, on se fait enfumer de la manière dont il l'avait prévu.
Point barre.

Qu'il fasse le coup de "Oh, regarde les belles pyramides" à Carla s'il veut, il s'y prend (et la prend!) comme il veut, et comme il peut, ça le regarde.
De notre côté, cessons de ne faire face qu'à sa stratégie d'hyper-communicant, on aura peut-être un peu moins mal au cul sur le plan politique...


P.S: Merci à Superno d'avoir attirer mon attention sur cette photo... Dantesque!



Ne perdez pas votre temps à découvrir Lafabrik!

3 commentaires:

jacques a dit…

Oh, faut pas être aussi pessimiste...:

http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2007/12/26/les-sifflets-de-ns-et-ceux-de-certainsjournaux

jf.

jacques a dit…

Ou bien encore:

http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2007/12/27/arte-info-sans-sarkobravo/

jf.

Infocrate a dit…

Pas d'inquiétudes à avoir, le pessimisme n'a pas encore eu raison de moi!

Pour votre 1er lien, certes, les journaux cités ont un regard un tant soi peu critique.

Mais bon, ils traitent bel et bien de la romance présidentielle et pendant ce temps-là, le code du travail est cassé, les étudiants baillonnés, le "TCE 2.0" passe en force, etc..

D'ailleurs, en dénonçant cet état de fait, je me fais niq... aussi par la stratégie de comm' de ce personnage grotesque...

Merci pour le second lien, un p'tit regain d'optimisme, du coup! ;-)

 
Add to Technorati Favorites