jeudi 28 février 2008

On touche le fond

Les gesticulations du président ne cesseront jamais.
Elles constituent sa stratégie. Un point c’est tout.
Encore faudrait-il que celle-ci soit réellement maîtrisée, ce qui paraît de plus en plus incertain.


Une chose est sûre, cela semble parti pour durer.


Il suffit de se reporter à ses dernières déclarations recueillies par "Le Parisien", et plus précisément à la polémique qui s’est créée ; une de plus; autour de celles-ci.
Et qui ne sont que la suite directe de la dernière "sarkozade", au salon de l’agriculture…


"Libération" souligne au passage que cette manière de "corriger" l’information n’est pas une première.


Le Pouvoir en place qui manipule la presse ?
Effectivement, ce n’est pas nouveau.


On a régulièrement évoqué la collusion des patrons de presse et du nouveau président, et ce dès la campagne électorale.
Inutile donc de s’étendre là-dessus une fois de plus.


Encore qu’à propos du deuxième exemple évoqué par "Libération", il semble bien qu’il ne s’agisse plus de simples "arrangements", pas plus que de pressions du "grand patron" de "Libé ", mais bel et bien d’une tentative de manipulation, pure et simple.


Renouvelée donc, et couronnée d’un semi - succès dans "l’ affaire du Parisien", puisque l’article est paru tel que le souhaitait l’Elysée, mais que la manipulation en question a été révélée.


Ce qui change également, ou quoi qu’il en soit s’avère relativement récent, c’est que ces " gesticulations présidentielles" semblent commencer à faire grincer quelques dents, au sein même de la majorité.

Cette dernière paraît même commencer à s’essouffler, complètement dépassée qu’elle est par le brassage d’air perpétuel du président.


"La Bête" serait-elle devenue incontrôlable ?
Au point d’inquiéter les membres du gouvernement eux-mêmes, ainsi que les "fameux" conseillers du président?


Il est incontestable que les nombreux "dérapages" du personnage -dont on finit par se demander s’ils sont si contrôlés que ça- mettent dans un sérieux embarras nombre de ses collaborateurs, et l’ensemble de ceux qui ont tout intérêt à le défendre…


J’évoquais dans un précédent billet la "position victimaire" adoptée par Fillon, ainsi que les dérapages sémantiques de Laurent Wauquiez, plus ridicule l’un que l’autre, contraints de se rabattre sur des arguments parfaitement pitoyables, mais qui ont l’avantage indéniable de permettre d’éviter de parler de l’essentiel.


Je vous fais grâce ici des propos tenus par Karoutchi, avec qui on touche le fond…


En fait si, à bien y réfléchir, vous devriez allez consulter cet article-là, … fascinant monument de connerie, dans lequel le pauvre homme, ne sachant plus comment créer la polémique, parle de "fascisme rampant" et de "déni de Démocratie".

Savoureux…

C’est d’ailleurs le même qui jugeait que le président faisait preuve "d’un calme et d’une sérénité exceptionnels " ( !!!).
Et de s’interroger à propos du « monsieur-Me-touche-pas», du salon de l’agriculture :
"(…) je me demande si je ne lui aurais pas mis une baffe" (re- !!!).

Karoutchi emporte la palme, haut la main, donc…


Alors qu’en est-il vraiment ?


S’agit-il réellement de manipulations médiatiques savamment orchestrées, permettant comme on le dénonçait il y a encore peu de temps, de faire passer la politique ultra-libérale menée par le gouvernement ?
Politique qui sans ces multiples mascarades, révélerait qu’une grande partie de l’électorat sarkozyste elle-même s’est fait enfumée?


La stratégie du président a-t-elle fini par lui monter à la tête ?
Constatant qu’il pouvait tout oser (Audiard disait de belles choses là-dessus, d’ailleurs!*), a-t-il définitivement cru qu’il pouvait aller jusqu'à renier les principes fondamentaux de la République Française, et ; exemple le plus frappant et le plus inquiétant ; imposer sa volonté au Conseil Constitutionnel ?


Est-ce à dire, dans ce cas, que certains membres du gouvernement ont choisi de plonger avec lui, ce qui expliquerait le délire collectif auquel nous assistons depuis quelques jours?


Je signale au passage à ce dangereux illuminé que le retour au « Droit du sol » qu’il prône pour Mayotte était un des cinquante points proposés par Bruno Mégret (qui souhaitait le voir appliquer à l’ensemble du territoire, certes) lorsqu’il était encore au FN, en 1996, si mes souvenirs sont bons.


Pour un type qui parle de "méthodes lepénistes" pour décrire les critiques de l’opposition, c’est assez troublant…


Quelques-uns des cerbères du président sont à ce point dépassés, qu’ils conseillent d’ailleurs de revenir à l’essentiel, d’adopter une vision globale de l’action politique du gouvernement.
Et de ne pas se limiter aux seules "sarkozades", comme le prônait Laurence Parisot, sur France Inter, le 25 Février.


Ce que disait également C. Estrosi, lors de sa si brillante intervention sur Canal + :
"Arrêtons de critiquer le président sur la forme !"
(Notez que j'évite une vanne facile sur la taille du dit-président)


Ok. Revenons à l’essentiel !


Ces types qui défendent en permanence la liberté du marché, en matière d’économie, vont lancer une "opération coup de poing" et contrôler ( !!!) la hausse des prix, au sein des principales enseignes de la grande distribution !


Cela n’aura qu’un effet, il faut être franc -à défaut d’être lucide- celui de donner l’occasion a Christine Lagarde de se rendre dans un supermarché.


Si,si, promis, elle a été constaté elle-même.
En regardant sur les p’tites n’étiquettes et tout !
Un pur moment de bonheur vu à la télévision ce soir !


Qui m’a rappelé Borloo qui était allé constater de visu que la banquise fondait…


Il devient absolument évidemment que les géants que sont Carrefour, Casino et consorts s’en mettent plein les fouilles, libre concurrence ou pas.
Il devient absolument flagrant que le système lui-même est pourri.

Et les mecs de l'UMP, ultra-libéraux jusqu'au fond de leur slip Hermès, qui nous explique rigoureusement l’inverse de ce qu’il défendait corps et âmes jusqu'ici.
Et le Fillon d'allumer un énième contre-feu...

A savoir qu’ils vont combattre les méchants-vilains-capitalistes qui passent des accords frauduleux et qui pervertissent les règles sacro-saintes de l’économie de marché !


Pitoyable !


Tout ça sur fond d’explication foireuse quant à l’augmentation du prix des céréales et des matières premières…


Il y a un Homme qui connaît bien le sujet des problèmes d’alimentation, pour l’avoir étudié au niveau mondial notamment :

Jean Ziegler qui ; dans le cadre de ses fonctions de "rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation (des populations) du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies" ; écrivait ceci :

"Toutes les cinq secondes, un enfant de moins de dix ans meurt de faim ou de ses suites immédiates. Plus de 6 millions en 2007. Toutes les quatre minutes, quelqu’un perd la vue à cause du manque de vitamines A. Ce sont 854 millions d’êtres qui sont gravement sous-alimentés, mutilés par la faim en permanence.

Cela se passe sur une planète qui regorge de richesses. La FAO est dirigée par un homme de courage et de grande compétence, Jacques Diouf. Il constate qu’au stade du développement actuel de ses forces de production agricoles, la planète pourrait nourrir sans problème 12 milliards d’êtres humains, soit le double de l’actuelle population mondiale".


Mme Parisot et M. Estrosi qui voulaient s’attacher à parler de "fond" et non plus de "forme" seront donc comblés…


Ils ne nous taxeront plus de "terroristes intellectuels" si nous parlons du danger que représente Nicolas Sarkozy pour la République, lorsqu’il s’obstine à vouloir piétiner les décisions du Conseil Constitutionnel, puisque nous relayons dans ce cas l’avis éclairé des plus grands experts en la matière.


Pas plus que M. Karoutchi ne nous traitera de "fascistes rampants" si nous évoquons le cas de ces entreprises qui licencient leurs salariés alors qu’elles sont ultra-bénéficiaires.


Sans doute les récentes orientations militaires de la France peuvent-elles être abordées sereinement également, dans ces débats politiques s’attachant "au fond", qu’appellent de tous leurs vœux les sbires du président :


La France va accroître son effort militaire en Afghanistan
Ouverture d’une base militaire permanente aux Emirats arabes unis


Au vu de ces deux dernières infos, les inquiétudes que l’on peut formuler quant à l’équilibre mental du président, prennent une toute autre ampleur.


Et ces petits toutous devraient, dans le cas d’un problème psychiatrique avéré, cesser de parler de revenir "au fond", parcequ’à force, c’est tout le pays qui va le toucher.



* « les cons osent tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnaît »
M. Audiard




Découvrez Rue D'la Gouaille!


dimanche 24 février 2008

Populo-Démago-Wesho-Bling-Bling


" Franchement, il a raison Kossar.
C'est relou les lascars genre Kamini et tout, t'as vu?
Surtout que franchement d'habitude, il déchire tout le gars.
A base de jets vépri, de top meufs trop staïly et tout.
Il avait des couilles le bouseux sérieux, t'as vu ce qui lui dit "Me touches pas, tu me salis!"
Au président, ca comme et tout.
Mais comment il l'a fracassé le bouseux, Sarko!
"Casse toi alors pauv' con!"
A base de popopo!!!
Trop il sait se faire respecter, t'as vu?
Direct, aux prochaines élections, j'vote pour lui, c'est trop un boss... "

(Vidéo disponible ici, après plusieurs suppressions sur DailyMotion)


Pour mes lecteurs qui n'auraient pas l'habitude de frayer dans les zones de non-droit que sont les quartiers défavorisés, peuplées de dangereux délinquants multi-récidivistes, dès l'âge de trois ans ma pov'dame, djihadistes sanguinaires de surcroît mon pov' monsieur, vendeurs de drogues en tout genre pff ah la la la la, voleurs de voitures à un point que ces quartiers là sont de véritables concessions BMW, Mercedes, Audi vous vous rendez compte quand même, leur permettant de vivre grassement tout en profitant honteusement des aides que la France, dans un élan de générosité aveugle leur accorde mensuellement ils l'ont dit à TF1, je traduis les quelques mots précédant cette vidéo:

" Je comprends tout à fait la réaction de M. Sarkozy.
Un bain de foule, parmi les paysans...
Le pauvre. D'autant plus que c'est un homme de goût, habitué à un autre standing, il faut bien le dire.
Un homme habitué, eu égard à ses fonctions, aux voyages dans des avions luxueux par exemple, qui a par ailleurs réussi sur le plan amoureux et a une femme superbe...
Ah, il ne l'a pas raté le malotru.
Quelle outrecuidance de la part de cet homme qui l'interpelle de la sorte : "Ne me touche pas, tu me salis!"
Non mais tout de même, s'adresser de la sorte à un grand homme comme M. Sarkozy.
Quel brio dans sa réponse, le langage est un peu vert, certes: "Casse toi, alors, pauvre con!" mais la répartie est à la hauteur de l'attaque, il faut bien lui reconnaître ce talent!
Il sait se faire respecter tout de même.
C'est sûr, en 2012, je voterais à nouveau pour lui..."

Alors là, là...

Je dois reconnaître qu'il m'impressionne l'animal:
Adopter une attitude "caillera" pour s'assurer le votes des jeunes désoeuvrés, c'est de la grande Politique, de la "rupture" de 1ère... D'autant plus que dans le même temps, son électorat de base y verra la preuve d'une fermeté réclamée depuis bien longtemps, et d'un côté humain-"il est comme tout le monde", qui va encore le rapprocher des électeurs en question.

La classe, tout simplement.
Chapeau l'artiste!






Découvrez Dr. Dre!


vendredi 22 février 2008

Tous terroristes!


Ami lecteur, tu es en train, sans même t’en apercevoir, de passer du côté obscur, brutal, sauvage de la Résistance.

Oui, sache qu’en entrant ici, tu es en passe de devenir un dangereux terroriste.
Rien de moins !

Un genre de Carlos.
Pas le chanteur mort, le «chacal» qui posait des bombes dans les années 70.

Même que c’est le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, qui l’a dit :

«En ce moment, notamment de la part de l'opposition, on est dans une posture de terrorisme intellectuel, c'est-à-dire qu'on utilise les mots comme des bombes qui ont uniquement pour objectif de détruire»

Brrr…Ca fait peur, nan?

Même que tu serais en passe de devenir un terroriste-intellectuel-hystérique :

« (…)L'opposition est «dans une hystérie uniquement centrée sur le président de la République, sur sa personnalité» et se livre à des «attaques extrêmement personnelles», ajoute le porte-parole du gouvernement. »


Attends, attends…
Parce qu’il est pas en pleine crise le petit président ?

On notera d’ailleurs ici que je ne reprends pas le terme d’hystérie.

Un certain nombre de pathologies psychiatriques apparaissant plus à même de décrire le cas Voyoucrate 1er, comme l’a analysé, et aimerait le faire savoir, difficilement, une partie de la presse étrangère.

En fait d’hystérie, par ailleurs, ce que je peux lire ici et là en ce moment, me paraît simplement proportionnel à l’énormité des propos du nabot.

Violent, moué…

Vouloir coller des fantômes décharnés sur le dos des gosses de CM2, c’est sain, peut-être ?
Et tenter d’exacerber les sentiments communautaristes, sous un angle religieux, de surcroît, c’est pas violent peut-être ?
C’est pas dangereux non plus ?


On était nombreux dans notre coin, plus ou moins découragés, surtout fatigués de ne devoir commenter que les aventures sentimentalo-people de Carla et son mari, écoeurés que cela permette de passer sous silence tout le reste, et voilà notre Voyoucrate 1er qui balance bombes sur bombes.

Alors c’est qui l’hystérique de service ?
Et puisqu’on parle de bombes, c’est qui le terroriste ?
Et puisqu’on parle d’intellec… Ah, non, au vu des déclarations du nabot, ça, ça colle pas.

Pardon, je m’emporte.

Et le Laurent Wauquiez de conclure :

«L'erreur, c'est de croire que quand le président prend la parole, il faudrait que le sujet soit entièrement ficelé».

Bah, non.
Là non plus, le commentaire n’est pas très fin.
L’erreur, c’est que le président lui-même croit à cette folie.
Et qu’aucun de ses sbires du gouvernement n’aient les couilles de lui dire.

Remarque, face à un fêlé pareil, je les comprends… C’est tout de même lui qui menaçait de « pendre à un croc de boucher » celui qui l’avait foutu dans la m… avec les listings de l’Affaire Clearstream. Ca calme, même les plus dissidents !


Outre la teneur des propos de Wauquiez, qui n’a d’égal, dans le ridicule, que les jérémiades de Fillon, ce qui me fout en rogne une fois de plus, c’est que ça sent la manip’ à plein nez.


Il ne t’aura pas échappé, en fin terroriste intellectuel que tu es, que le gouvernement, président en tête, n’a que rarement placé le débat sur un terrain politique depuis Mai 2007.
Où plutôt a toujours fait en sorte que notre regard se tourne ailleurs, en permanence.
Et maintenant qu’ils sont à terre, le système de défense est le même.

Adopter cette posture de victime, assailli par des hordes de terroristes-intellectuels-gauchistes-hystériques, de type blessé sur le plan personnel, ça a le mérite d’éviter de parler bilan, résultats, bref, POLITIQUE.


Ce que d’autres dangereux terroristes ne se sont pas privés de faire pourtant, les scélérats ! Même que ça suinte au travers des sondages, d’où le titre de ce billet !

Titre qui ne m’a pas été inspiré que par cet aspect des choses, d’ailleurs.


Le mot terroriste, que j’emploie ici à tour de bras, m’écorche littéralement l’oreille, pour être franc.

Parce que la Droite Extrême qui nous gouverne est passé maîtresse dans l’art de nous bourrer le mou avec des mots bien choisis, pesés longuement, et traduisant généralement une volonté déterminée de répandre la plus dégueulasse des propagandes.


Méfie-toi ami lecteur, et regarde comme ce mot, cette notion reviennent à la mode :
http://www.bakchich.info/article2646.html


Le retour du terrorisme d’extrême-gauche !!!
Oui, à l’instar des mots de Wauquiez, cette déclaration de notre ministre de l’intérieur est également hilarante.
Je suis le premier à en pleurer de rire.
Et d’ailleurs, comme semble le penser les RG eux-mêmes, d’après l’article de bakchich, cela ne correspond tout bonnement à aucune réalité.


Mais il y a deux choses qui m’amusent moins.

La première, je viens d’en parler, c’est que les mots choisis en Politique sont rarement dûs au hasard. L’idée de terrorisme, à tous les étages, ou à chaque coin de rue, comme tu voudras, à force d’être agitée, martelée, va finir par te rentrer dans la tête.


Si, si, faut faire gaffe quand même, c’est une technique qui a déjà porté ses fruits.


Et parler de « terrorisme intellectuel », associé aux propos de l’opposition, et de « terrorisme d’extrême-gauche » avec des vrais morceaux de bombes dedans, dans le même temps…


Tu commence pas à le sentir le glissement, là ?


En clair, dans quelque temps, tout opposant, un tant soi peu virulent, sera jugé susceptible d’être un terroriste.
Tremblez braves gens !


Seconde raison de ma crainte, c’est qu’il y a un endroit, Outre-Atlantique, où ce genre de propagande (les américains parlent, eux, de « terrorisme domestique », c’est joli aussi...) a passer le cap des simples mots, de la simple idée et va sans doute, sous peu, se transformer en loi (Merci pour le lien ami Farès ;) ).


Tiens, puisqu’on y est presque, puisque ça semble nous pendre au nez, au train où vont les choses, je vais poser une petite bombe, pour être bien dans mon rôle.

Tu te souviens du président qui disait que les caisses étaient vides ?
Bah, ça dépend, en raclant bien, des fois, on trouve.


Voilà le contenu d’un mail que je viens de recevoir :

« Les caisses sont vides dit Sarkozy :

Pourtant les caisses ne sont pas vides pour construire au Mesnil - Amelot deux grands centres de rétention :Le 3 MARS 2008 les travaux commenceront, 21 bâtiments en construction pour 16 310 m2 au total!
Capacité à recevoir et à loger 240 PERSONNES + 255 GENDARMES
Coût 34 085 760 euros H.T.
Donneur d’ordre : Ministère de la défense et des armées » (Info confirmée ici.)


Et si on profitait de ces jolis locaux pour dangereux vilains sans-papiers et leurs familles, et qu'on y enferment également tous les futurs vilains terroristes méchants pas beaux, qui mettent en péril la sécurité de la Nation ?



Découvrez Keny Arkana!

mercredi 20 février 2008

Il va marcher sur l'eau!


Ouuuuuuuuuuuuuh, Nom de Dieu !
Ouuuuuuuuuuuuuh, Jésus, Marie, Joseph et toute la clique !

Je m’apprêtais à « pondre » un billet sur Fillon et ses pitoyables lamentations quant à ce qu’il appelle « la chasse au président de la République »…

Une réponse bien sentie, bien énervée, calée sur mon humeur du moment, tout agité que je suis des dernières « grands - guignoleries » du nabot.

Un truc du genre :

« Ben oui, mon con, on le chasse, et on va se gêner encore… Il nous a fait flippé en ministre de l’intérieur ; Terrassé d’épouvante en candidat populiste, VRP de la Politique ; Conforté dans nos craintes durant les neuf mois qui viennent de s’écouler, jalonnés d’innombrables et incroyables conneries ; Et tu voudrais que nous nous prosternions ?

Oui, Oui, trois fois Oui, il s’agit d’une chasse, et elle risque d’être implacable tant le gibier est mal en point… »


Et au beau milieu de la préparation du billet en question, je tombe là-dessus :

« Sarkozy veut le retour du catéchisme à l’école publique ».

Consternation.
Hallucinations.
Transformation.

J’ai les crocs qui commencent à pousser. Je me vois bien les planter dans la jugulaire de ce malade mental, qui n’arrête plus de s’en prendre à mes gosses.

M’est avis que la pleine lune est pas loin, il aura beau sortir toutes les croix qu’il veut, rien à foutre, Satan est de mon côté.

Satan.
Oui monsieur.
Rien que ça.
Rien que pour le faire chier, tiens.


Décidément, la reprise de mes « activités bloggesques » - dûe en grande partie à un regain de conneries ineffables prononcées par le tout petit président lors de son discours au CRIJF- est faite de renvoi à d’anciens billets.

Outre qu’il devient compliqué d’être athée désormais, et de faire respecter ce droit, aussi valable et respectable que celui d’être croyant, quelle que soit la religion à laquelle on appartienne, les craintes que j’exprimais ici, en troisième hypothèse, me semblent devenir quasi-probables.

Mais d’où sort ce malade mental, sérieusement ?
Qu’est-ce qu’il a à jouer avec le feu ?
L’a besoin d’une « bonne guerre » (de religion, c’est les pires !) pour relancer la croissance économique qu’il nous avait promis d’aller chercher ?


Autant nous annoncer qu’il est capable de marcher sur l’eau, avais-je pensé à l’époque…

Bah, voilà, c’est fait. Il est convaincu qu’on peut se moquer impunément d’Archimède.
Sarko s’apprête à défier les lois de la physique. Et traverser l’Atlantique, en marchant d’un pas serein, pour aller baiser les pieds des « fous de Dieu » qui sévissent déjà là-bas.

Quant à moi, je m’apprête à multiplier les pains.
Dans sa gueule.

Parce que, franchement, je craignais beaucoup de choses à son sujet, mais je ne pensais pas que le danger était aussi grand, et qu’il prendrait cet aspect là…

Suivez mon raisonnement, teinté de névrose paranoïaque, je vous l’accorde.
Vous appellerez les médecins ensuite, si vous voulez, je ne résisterais même pas, promis… :

  1. Sarko brille une fois de plus sur la scène internationale, en parlant de « choc de civilisations » (à propos de paranoïa, et d’interprétation simpliste de la réalité, ça se pose là comme raisonnement, d’ailleurs !)
  2. Ce fou furieux exacerbe certaines éventuelles tensions religieuses, au sein même du pays qu’il gouverne, alors qu’ elles n’étaient jusque là que le résultat d’un endoctrinement familial et / ou culturel, et donc par définition quasi-anecdotiques. C'est-à-dire maîtrisables.
  3. Pour finir, allez donc jeter un œil sur ce billet de Farès. Je vous laisse conclure...

Si vous souscrivez à tout ça, vous êtes aussi malade que moi… Et vous commencez à flipper sérieux, en réalisant qu'il y a un fou incendiaire à la tête de l'Etat.

Si c’est le cas, refusez au petit président, que vos gosses se voient imposé "le catéchisme".
Ce sera un début de résistance.

D’autant qu’a l’instar de «l’apprentissage » de la Marseillaise, en primaire, l’Histoire des religions est, elle, étudiée au collège. Qu'il arrête donc de nous emmerder, le croisé, avec son endoctrinement des gamins!


Du vent, toujours du vent.
Mais celui qu’Il brasse en ce moment charrie des relents forts inquiétants…




Découvrez Pink Floyd!

mardi 19 février 2008

Che Sarkovara

Voyoucrate 1er est une bille en Histoire.

Si, si.

A regarder la façon dont il croit utiliser celle-ci, et surtout la manière dont cette utilisation risque de lui péter à la gueule, on ne peut que rester pantois face au degré de méconnaissance de celle-ci dont fait preuve ce sombre crétin.

En même temps, ça permet de se marrer un brin, ce qui n’est pas du luxe par les temps qui courent…


Passée quasi-inaperçue , du fait du séisme provoqué par sa proposition, incroyablement cynique et totalement abjecte de « faire porter à chaque élève de CM2 la mémoire d’un enfant victime de la Shoah », l’une de ses autres idées, en matière de réforme de l’enseignement primaire est à se rouler par terre !

Voyoucrate 1er exposait, il y a peu, l’idée lumineuse suivante, je cite :

"Je pense que l'abandon de l'enseignement de la morale à l'école n'a pas été un progrès mais au contraire un recul. C'est la raison pour laquelle j'ai demandé à Xavier Darcos de prévoir dans les nouveaux programmes l'instruction civile et morale." Celle-ci "prévoit notamment l'apprentissage des règles de politesse et de bonne tenue, la connaissance et le respect des valeurs et des emblèmes de la République française : le drapeau tricolore, Marianne, l'hymne national, à l'écoute duquel nos enfants devront se lever."

Je me permets de signaler à cet ignare (je sais, il est président de la République, et, croyez-moi, ça me fait mal de le dire, on a celui que l’on mérite…) que les gamins apprennent déjà l’hymne national.

Sans doute eût-il fallu que Nicolas se préoccupe un peu moins de sa carrière et un peu plus de ce qu’apprenait sa progéniture sur les bancs de l’école, cela lui aurait évité de dire à nouveau une ânerie.

Ou bien c’est mon fils qui a suivi l’enseignement d’un instit’ au sentiment patriotique surdéveloppé, mais j’en doute…

Je note au passage qu’il n’y a plus de morale à l’école.

C’est d’ailleurs cette absence de morale (ou de « cours de morale »? Est-ce ce qu’a voulu dire le petit président ?) qui a poussé mon fils a me mentir, lorsqu’il me disait qu’on lui demandait de dire « bonjour », « Merci » et de se tenir correctement.
Je ne sais pas non plus où ce petit sauvageon, formé par les truands de l’Education Nationale, a pu apprendre que « Liberté, Egalité, Fraternité » étaient les maîtres mots de notre République, ni comment a-t-il pu apprendre à reconnaître le drapeau français…


Quoi qu’il en soit, et pour revenir aux lacunes du petit président en matière d’Histoire, je crois qu’il serait bon de lui expliquer deux, trois choses concernant les origines de la Marseillaise :


Il s’agit à la base, d’un chant militaire, certes.
Devenu hymne national français, et à ce titre, comme le souligne cet article de Wikipédia, « associée au pouvoir étatique de cette nation», certes encore…


TOUTEFOIS, et c’est là que ça devient drôle, il s’agit SURTOUT d’un chant REVOLUTIONNAIRE ! Comme le précise fort justement le même article de l’encyclopédie en ligne :


« La Marseillaise n'est pas seulement l’hymne français. Comme chant révolutionnaire de la première heure, il a été repris et adopté par nombre de révolutionnaires sur tous les continents. Ainsi, les bolcheviks l'adoptent pour hymne en 1917 avant de reprendre un autre chant français révolutionnaire, L'Internationale. Cette dernière a été écrite pendant la révolte de la commune de Paris de 1871. Elle a tendance à remplacer La Marseillaise chez les révolutionnaires d'extrême gauche, parce qu'en devenant l'hymne national français, celle-ci est maintenant associée au pouvoir étatique de cette nation.

En 1931, à l'avènement de la Seconde République espagnole, certains Espagnols ne connaissant pas leur nouvel hymne (Himno de Riego), accueillirent le nouveau régime en chantant La Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane.

Les étudiants chinois manifestant sur la place Tian'anmen chantaient également La Marseillaise[réf. nécessaire].

Durant la Seconde Guerre mondiale, la loge Liberté chérie, créée dans les camps de concentration nazis, tire son nom de cet hymne des combattants de la liberté. »


Comme le préconisait Zgur, il serait judicieux de profiter de la macabre idée présidentielle, concernant les jeunes victimes de la Shoah, pour rappeler à nos enfants le rôle qu’a pu jouer la police française dans la mise en œuvre des arrestations, des incarcérations, et / ou des déportations des jeunes victimes en question.

Pour que cela ne se reproduise pas…

Etendons ce "principe de détournement" à l’idée de faire chanter la Marseillaise aux gosses.

Profitons-en pour leur inculquer le goût de la Révolution, ils vont en avoir besoin…

Je déplorais, à l’époque du slogan "Aime la France ou quitte là!", que Nicolas Sarkozy méconnaisse profondément les valeurs de la République Française.

Je me trompais.

Ce type est un révolutionnaire dans l’âme, fidèle à l’Esprit de contestation qui caractérise notre beau pays, et du coup, aux valeurs humanistes que Nous avons toujours défendu, au cours des nombreuses luttes qui ont jalonné Notre Histoire.

Allez Nico, reconnais-le, t’avais un poster du Che dans ta chambre, quand t’étais petit ?
Nan ?

‘Tin, t’es vraiment con alors ?

Tiens, une idée, pour coller à l’esprit de la Marseillaise que tu veux faire chanter à nos petits:

Fais les se lever, t’as raison, et le poing tendu encore. Pis serre les fesses, après. Parceque les gamins, eux, ils comprennent ce qu’ils disent… Concernant les miens, j’y veillerais personnellement.

A votre service, Monsieur le président, et VIVE LA FRANCE !




Découvrez Django Reinhardt!

vendredi 15 février 2008

Sarkozy invente le TamagoJuif


C'est choquant comme titre?
Oui.

Vous voulez qu'on aille un peu plus loin?
Non?

Tant pis. On va y aller quand même.
Ce n'est pas moi qui ai décidé de mon propre chef de me vautrer dans pareille fange.

"Sarkozy invente le tamagojuif."
Ca ne vous fait pas rire?

Moi si.

Parceque c'est ça ou s'ouvrir les veines.
C'est ça ou se taper la tête contre les murs.
C'est ça ou continuer à hurler au Fou, ce qui visiblement ne sert pas à grand-chose...

Imaginez vos gamins responsables de la mémoire d'un petit déporté, victime de la Shoah:
Penser à lui faire "prendre sa douche", penser à le priver de nourriture, penser à renier sa nature d'humain en l'humiliant, juste parce qu'il est juif ...
Pour que vos chères têtes blondes réalisent à quel point c'est ignoble, pour que vos enfants sentent à quel point ça pue une chambre à gaz...

Quoi?
Ca vous fait gerber?
Moi aussi.


Que les enc... d'extrême-droite qui tomberaient sur ce billet en tapant je ne sais quelles insanités sur Google passent leur chemin.
Que les fanatiques d'extrême-gauche pétris de convictions antisémites, travesties sous les termes d' "anti-sionisme" et autres perversions idéologiques et sémantiques foutent le camp aussi!

Il n'y a dans ce billet que colère et dégoût dirigées contre le président de la République Française, qui, peu à peu, perd la tête et entraîne le pays qui l'a élu un peu plus loin dans l'immonde, déclarations après déclarations, décisions après décisions, conneries après conneries, dérapages après dérapages.

Cet homme est dangereux. Point barre.
Et j'en ai un peu plus la trouille chaque jour.

Mais BORDEL DE MERDE, où veut-il en venir ce malade mental?
Mais BORDEL DE MERDE, où allons-nous le laisser nous emmener sans réagir?

Jusqu'ici...? Jusque dans les travers d'un humour cynique au dernier degré, brûlant comme la chaleur d'un four crématoire?
Jusque dans les dérapages d'une colère incontrôlable, qui filent la gerbe, au moins autant que les idées présidentielles qui les ont engendrés?

Mes enfants savent qui est Adolf Hitler.
Nous avons parlé de la Shoah.
J'ai pleinement conscience du devoir de mémoire que nous devons honorer, je n'ai pas besoin des délires présidentiels pour évoquer ces horreurs passées avec eux...

Pour être totalement honnête, d'ailleurs, aucun des trois n'est en CM2, ils ne sont donc pas directement concernés.
Mais je refuse qu'on colle sur les épaules des gosses de cet âge le fantôme décharné d'un autre enfant martyrisé, durant cette sordide époque de l'Histoire humaine.

C'est ABJECT. PERVERS. MALSAIN.

Le devoir de mémoire passe par d'autres chemins que ceux-là.
Par des chemins empruntés ensemble. Par un travail collectif. Par une réflexion commune.
Surtout pas par un fardeau imposé à chacun de ses gamins, de manière individuelle.

Chacun son petit martyr? Mais qu'est-ce que c'est que ces conneries?
Mesure-t-il, d'ailleurs, toutes les conséquences que pourraient avoir pareille démarche, soi-disant pédagogique (putain , j'ai du mal à ne pas rire, jaune, en l'écrivant: pédagogique...)

Les mêmes questions me taraudent à nouveau, de celles que je me posais à l'époque de son slogan de campagne "Le travail, c'est la Liberté".

De deux choses l'une:
Ou ce type, une fois de plus, crée une véritable tempête, délibérément. Ce qui permet de passer sous silence les 138 000 euros crachés à la gueule des français par son ami Estrosi (par exemple); ou encore de faire oublier les enfants, bien vivants, eux, que sa politique de gestion de l'immigration renvoient vers la mort, dans la plupart des cas (autre exemple); ou bien "d'effacer" les licenciements incessants de nombre d'entreprises françaises, dont les bénéfices sont pourtant faramineux...
Et l'on touche là au summum du cynisme et de l'instrumentalisation la plus répugnante.

Ou, et c'est presque pire, cet imbécile décérébré est convaincu du bien-fondé de ces idées, et dans ce cas, ce n'est rien moins qu'un fou dangereux, totalement idiot et incontrôlable.
Et dans ce cas, je ne ris plus, en vous rappelant qu'il est à la tête du pays...

J'ajoute même une troisième hypothèse, énoncée par un nombre de personnes grandissant:
Cet allumé nous prépare une belle guerre de religion, attisant un sentiment communautariste déjà bien vivant.
Souvenez-vous de ses propos sur le "Choc de civilisation", et de ses déclarations fracassantes de l'époque à ce sujet.
Guère rassurant non plus...

C'est d'ailleurs ce mélange de trouille et de dégoût résignés qui était sur le point de me faire abandonner ce blog.
L'impression que l'on s'enfonçait toujours un peu plus, sans qu'il n'y ait la moindre réaction.

Mais cela a été plus fort que moi.

Et à l'intention de ceux qui ne comprendraient pas l'humour, sans doute fort douteux du titre et des premières lignes de ce billet, je me permettrais de rappeler ces mots de Pierre Desproges:

"(...) S'il est vrai que l'humour est la politesse du désespoir, s'il est vrai que l'humour sacrilège, blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s'il est vrai que ce rire là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors OUI, on peut rire de tout, on DOIT rire de tout."

Et à bien y réfléchir, je suis loin d'avoir fini d'écrire ici.
Et d'y rire aussi, contraint et forcé.
Pour ne pas pleurer ailleurs.
De rage, de dégoût et d'impuissance.



 
Add to Technorati Favorites