mardi 19 février 2008

Che Sarkovara

Voyoucrate 1er est une bille en Histoire.

Si, si.

A regarder la façon dont il croit utiliser celle-ci, et surtout la manière dont cette utilisation risque de lui péter à la gueule, on ne peut que rester pantois face au degré de méconnaissance de celle-ci dont fait preuve ce sombre crétin.

En même temps, ça permet de se marrer un brin, ce qui n’est pas du luxe par les temps qui courent…


Passée quasi-inaperçue , du fait du séisme provoqué par sa proposition, incroyablement cynique et totalement abjecte de « faire porter à chaque élève de CM2 la mémoire d’un enfant victime de la Shoah », l’une de ses autres idées, en matière de réforme de l’enseignement primaire est à se rouler par terre !

Voyoucrate 1er exposait, il y a peu, l’idée lumineuse suivante, je cite :

"Je pense que l'abandon de l'enseignement de la morale à l'école n'a pas été un progrès mais au contraire un recul. C'est la raison pour laquelle j'ai demandé à Xavier Darcos de prévoir dans les nouveaux programmes l'instruction civile et morale." Celle-ci "prévoit notamment l'apprentissage des règles de politesse et de bonne tenue, la connaissance et le respect des valeurs et des emblèmes de la République française : le drapeau tricolore, Marianne, l'hymne national, à l'écoute duquel nos enfants devront se lever."

Je me permets de signaler à cet ignare (je sais, il est président de la République, et, croyez-moi, ça me fait mal de le dire, on a celui que l’on mérite…) que les gamins apprennent déjà l’hymne national.

Sans doute eût-il fallu que Nicolas se préoccupe un peu moins de sa carrière et un peu plus de ce qu’apprenait sa progéniture sur les bancs de l’école, cela lui aurait évité de dire à nouveau une ânerie.

Ou bien c’est mon fils qui a suivi l’enseignement d’un instit’ au sentiment patriotique surdéveloppé, mais j’en doute…

Je note au passage qu’il n’y a plus de morale à l’école.

C’est d’ailleurs cette absence de morale (ou de « cours de morale »? Est-ce ce qu’a voulu dire le petit président ?) qui a poussé mon fils a me mentir, lorsqu’il me disait qu’on lui demandait de dire « bonjour », « Merci » et de se tenir correctement.
Je ne sais pas non plus où ce petit sauvageon, formé par les truands de l’Education Nationale, a pu apprendre que « Liberté, Egalité, Fraternité » étaient les maîtres mots de notre République, ni comment a-t-il pu apprendre à reconnaître le drapeau français…


Quoi qu’il en soit, et pour revenir aux lacunes du petit président en matière d’Histoire, je crois qu’il serait bon de lui expliquer deux, trois choses concernant les origines de la Marseillaise :


Il s’agit à la base, d’un chant militaire, certes.
Devenu hymne national français, et à ce titre, comme le souligne cet article de Wikipédia, « associée au pouvoir étatique de cette nation», certes encore…


TOUTEFOIS, et c’est là que ça devient drôle, il s’agit SURTOUT d’un chant REVOLUTIONNAIRE ! Comme le précise fort justement le même article de l’encyclopédie en ligne :


« La Marseillaise n'est pas seulement l’hymne français. Comme chant révolutionnaire de la première heure, il a été repris et adopté par nombre de révolutionnaires sur tous les continents. Ainsi, les bolcheviks l'adoptent pour hymne en 1917 avant de reprendre un autre chant français révolutionnaire, L'Internationale. Cette dernière a été écrite pendant la révolte de la commune de Paris de 1871. Elle a tendance à remplacer La Marseillaise chez les révolutionnaires d'extrême gauche, parce qu'en devenant l'hymne national français, celle-ci est maintenant associée au pouvoir étatique de cette nation.

En 1931, à l'avènement de la Seconde République espagnole, certains Espagnols ne connaissant pas leur nouvel hymne (Himno de Riego), accueillirent le nouveau régime en chantant La Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane.

Les étudiants chinois manifestant sur la place Tian'anmen chantaient également La Marseillaise[réf. nécessaire].

Durant la Seconde Guerre mondiale, la loge Liberté chérie, créée dans les camps de concentration nazis, tire son nom de cet hymne des combattants de la liberté. »


Comme le préconisait Zgur, il serait judicieux de profiter de la macabre idée présidentielle, concernant les jeunes victimes de la Shoah, pour rappeler à nos enfants le rôle qu’a pu jouer la police française dans la mise en œuvre des arrestations, des incarcérations, et / ou des déportations des jeunes victimes en question.

Pour que cela ne se reproduise pas…

Etendons ce "principe de détournement" à l’idée de faire chanter la Marseillaise aux gosses.

Profitons-en pour leur inculquer le goût de la Révolution, ils vont en avoir besoin…

Je déplorais, à l’époque du slogan "Aime la France ou quitte là!", que Nicolas Sarkozy méconnaisse profondément les valeurs de la République Française.

Je me trompais.

Ce type est un révolutionnaire dans l’âme, fidèle à l’Esprit de contestation qui caractérise notre beau pays, et du coup, aux valeurs humanistes que Nous avons toujours défendu, au cours des nombreuses luttes qui ont jalonné Notre Histoire.

Allez Nico, reconnais-le, t’avais un poster du Che dans ta chambre, quand t’étais petit ?
Nan ?

‘Tin, t’es vraiment con alors ?

Tiens, une idée, pour coller à l’esprit de la Marseillaise que tu veux faire chanter à nos petits:

Fais les se lever, t’as raison, et le poing tendu encore. Pis serre les fesses, après. Parceque les gamins, eux, ils comprennent ce qu’ils disent… Concernant les miens, j’y veillerais personnellement.

A votre service, Monsieur le président, et VIVE LA FRANCE !




Découvrez Django Reinhardt!

4 commentaires:

Olivier B. a dit…

Excellent !

Infocrate a dit…

Je suis rouge de confusion.

Merci Maîîîître!

Anonyme a dit…

Ha un bon billet comme ça pour bien commencer la semaine, ça met en forme :)))))))))))

Infocrate a dit…

Ben...
Merci alors. Et bonne semaine. La mienne commence bien aussi, du coup!

 
Add to Technorati Favorites