jeudi 3 juillet 2008

République moderne



Petit à petit, insidieusement, la devise de feu notre belle République est en train de perdre tout son sens.

Ainsi, le premier terme de celle-ci, "LIBERTE", est-il progressivement en train de se vider de toute sa substance.

Au profit de celui d' "OPPRESSION".

On notera à ce sujet -avec l'effroi inévitable que provoque ce genre de mesures totalitaires - le projet de fichage totalement délirant, dénoncé avec force par le Syndicat de la Magistrature, dont je reprends l'intégralité du communiqué de presse ici (à l'instar de Sebastien Fontenelle, qui vient de le faire dans ce billet ci):

"Communiqué de presse du Syndicat de la Magistrature

« La vie des autres » avec EDVIGE

Un décret publié le 1er juillet 2008 au Journal officiel institue un nouveau fichier dénommé EDVIGE, organisant le fichage généralisé et systématique de « toutes personnes âgée de 13 ans et plus » « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». En clair, tous les citoyens ayant un jour souhaité s’investir pour leur cité.

Il est également prévu de ficher tout individu, groupe ou organisation dont l’activité est susceptible de troubler l’ordre public et de permettre aux services de police d’effectuer des enquêtes administratives pour l’accès à certains emplois ou à certaines missions, sur la base des éléments figurant dans le fichier EDVIGE.

L’enregistrement des données à caractère personnel n’a aucune limite, ni dans le temps ni dans son contenu, puisque pourront être répertoriées toutes les informations relatives aux fréquentations, au comportement, aux déplacements, à l’appartenance ethnique, à la vie sexuelle, aux opinions politiques, philosophiques et religieuses, au patrimoine, au véhicule etc….

Si le décret du 14 octobre 1991 permettait déjà aux Renseignements Généraux de récolter et détenir des informations sur les personnes majeures impliquées dans le débat public, EDVIGE étend considérablement le champ des données collectables, comme les motifs justifiant le fichage.

En effet, il s’agit aujourd’hui d’informer le gouvernement sur des individus engagés et non plus de lui permettre d’apprécier une situation politique économique ou sociale.

Malgré les recommandations du Conseil de l’Europe et les nombreuses réserves de la CNIL concernant ce fichier, le gouvernement fait le choix d’adopter un mode de recensement des populations particulièrement attentatoire aux libertés et au respect de la vie privée.

De même que la rétention de sûreté a vocation à prévenir d’un crime hypothétique, EDVIGE pourra avoir vocation à se prémunir contre toute forme d’opposition.

En effet, comment ne pas rapprocher EDVIGE (on s’interrogera au passage sur le choix d’un prénom féminin) d’un contexte autoritaire plus global qui remet en cause l’indépendance des médias, comme celle de la Justice, et qui mène une lutte permanente contre les acteurs du mouvement social ?

Cette dimension nouvelle du fichage politique introduit, au prétexte toujours bien commode de l’ordre public, un moyen puissant de dissuasion de toute forme de contestation ou d’opposition citoyenne. Le Syndicat de la magistrature appelle à la mobilisation contre la mise en place de ce fichier d’inspiration anti-démocratique et examinera toute forme d’action juridique pour empêcher sa mise en oeuvre.

Paris, le 2 juillet 2008"

"LIBERTE".

Ce mot si puissant, qui sans même être hurlé, peut faire tant de bruit, faire s'unir tant de voix, comme ce fût le cas par le passé.
Ce mot si beau, désormais couvert par celui d'un bruit de bottes inquiétant.
Dont on croyait l'écho à jamais éteint.

Alors certes, on objectera à juste titre, qu' il ne s'agit là que "d'officialiser" des méthodes appliquées depuis toujours en matière de lutte contre toute forme de contestation.
Mais le problème est bel et bien là: Graver dans le marbre de la Loi, certaines habitudes bien dégueulasses, à la lisière de la légalité.

Et le champ d'application des pratiques en question s'étend désormais sur des hectares.
Couvrant celui de la vie privée de chaque citoyen, suspecté opposant, désormais soumis au regard voyeur du pouvoir en place.

ET DE TOUS CEUX A VENIR.

Un champ d'application dont l'étendue n'a, pour certains points, qu'un vague rapport avec les activités contestatrices visées.

Quels rapports effectivement entre mon activité syndicaliste et mon appartenance ethnique?
Quels rapports effectivement entre mes "écrits contestataires" et ma vie sexuelle?
Quels rapports effectivement entre mes prises de position et mon véhicule !?

On l'aura compris, les mots de N. Sarkozy, qui déclarait en 2006, "JE VEUX TOUT VOIR ET TOUT SAVOIR", connaissent désormais un prolongement légal qui fait frémir d'horreur.

Prolongement qui étend sa prise totalitaire jusque sur nos enfants, puisque les mesures en question sont censées s'appliquer également aux enfants de 13 ans et plus!

Je ne peux que vous conseiller la lecture ou re-lecture du roman de George Orwell, "1984".

Je pensais pour ma part qu'il s'agissait d'une fiction.
Le terme de "roman d'anticipation" n'a jamais été aussi adapté.

Mais la période n'est plus à l'anticipation.
La réalité a dépassé la fiction.


IL EST TEMPS DESORMAIS DE SE DRESSER ET DE FOUTRE BIG BROTHER HORS DE CHEZ NOUS!

Lui qui pense pouvoir, par le biais de ce goût pathologique pour le flicage, anihiler toutes critiques du second pilier de sa nouvelle République putride:

L' "INEGALITE".

Venu remplacer celui de feu notre belle République, "EGALITE".

Inegalité toujours plus grande, toujours plus flagrante.

Dûe à la nature même du système qui régit nos vies.

Qui érige en but suprême celui d'être LE meilleur.
THE Winner.
THE Best.
THE most friqué of the World.
LE héros moderne.

Le self made man ultime, encensé dans cet article du Figaro. (Oui, la lecture de ce torchon est douloureuse. Mais considérez qu'il s'agit d'un "effort de guerre"...).

Le genre de type qui se gave de millions, dans des proportions totalement indécentes, au regard d'autres millions:
Ceux constitués par les salariés préssurisés par son avidité et celle de ses complices.
Salariés qui, eux, parviennent désormais difficilement à se nourrir, à se loger, A VIVRE...
Alors qu'ils travaillent.
Alors même qu'ils souscrivent docilement, pour la plupart d'entre eux, au discours qui, JUSTEMENT, encense la VALEUR TRAVAIL!

Un système basé sur le mensonge donc.

Qui ne fonctionne, pour ces escrocs, qu'a condition que les inégalités en question perdurent, assurant une emprise totale sur ce triste troupeau...
On pourra consulter également à ce sujet le site de "L'observatoire des inégalités".

Qui ne manque jamais de sujets à traiter...

IL EST TEMPS EGALEMENT DE METTRE FIN A CES INEGALITES PROPREMENT REVOLTANTES, ET DONC, OUI, DE SE REVOLTER CONTRE CELLES CI!

Et quel moyen plus sûr pour parvenir à cet "idéal inégalitaire" que celui d'instituer une forme d' "EUGENISME" social?
Notion opposée à celle de "FRATERNITE", troisième et dernier pilier de la devise de feu notre belle République.

Comment s'assurer, en effet, que les plus "chanceux" d'entre nous, ceux qui parviennent encore à survivre sans trop de difficultés, et ont par là même le loisir de réfléchir, de s'opposer, finissent par penser qu'il est naturel que ces inégalités subsistent?

Tout simplement en stigmatisant les plus faibles.

Parce que dans ce monde merveilleux qui peu à peu remplace l'ancien, leurs faiblesses sont forcément un frein.
A ce merveilleux développement et cette fantastique croissance à laquelle Nous, les élus, avons droit.

Les chômeurs?
Des fainéants qui n'ont qu'a aller bosser.

Les malades?
Des z'assistés qui n'ont qu'a se payer une mutuelle privée...

Les sans-papiers?
Des traitres à leurs patries, qui abandonnent leurs pays plutôt que de participer à son développement.


IL EST TEMPS DE S'ALLIER A EUX, PARCE QUE DEMAIN, LES EXCLUS CE SERONT NOUS!

Parce que ce système de m... a besoin de son lot de coupables pour continuer de fonctionner.
Pour continuer de maintenir les autres dans la servitude aveugle.
Malgré les inégalités gerbantes, indigne de notre condition humaine, qu'il engendre.

Quand bien même, donc, ce serait par pure peur (égoïste) de faire partie des "pestiférés" de demain.
Une fois que ceux actuellement montrés du doigt auront été éliminés.
Victime de l'eugénisme social qui tend à faire disparaître les faibles.

Et si c'est au nom de la devise de feu notre belle République; parce que certains d'entre nous défendent encore ces valeurs là; alors nous n'en aurons que plus de FORCE...

Comme par le passé.


Découvrez John Lennon!

Aucun commentaire:

 
Add to Technorati Favorites