mardi 23 septembre 2008

Tremblez, super vilains!


Une petite brève.
Habituellement, j’suis pas fan, mais là, ça me démange velu.

Entendu ce matin sur « France Info, la radio de propagande qu’il vous faut », l’évocation des déclarations de N. Sarkozy concernant le fait « qu’il (je cite de mémoire, mais l’approximation ne dénaturera en rien le grotesque de la tirade… présidentielle) fallait trouver les responsables de la crise financière ».

Ou quelque chose d’à peu près comme ça.
Aussi drôle.

Si l’on cesse cinq minutes de penser aux milliers (millions ?) d’emplois qui risquent de péter…
Si l’on oublie que la crise en question risque de plonger des millions de foyers dans une pauvreté dont ils pensaient déjà avoir touché le fond…
Et que de toutes façons, toutes les saloperies qui ont engendré ce désastre annoncé vont être défendues becs et ongles par les fanatiques de l'Ultra-Libéralisme...
Qui finalement trouvent que "l'Etat, bah, c'est pas si mal...".
Quand ça permet de réinjecter des milliards dans leur triste usine à inégalités.
Et qui se mettent à partager. Du coup. Leurs dettes.

Mais c’est quand même une sacrée putain d’idée qu’il a eu là, SuperDémago.

Tiens, même, je vais l’aider.

Eh, SuperDémago (Dieu qu’il est beau quand il est en colère), je connais le nom des supers vilains à qui tu veux coller des super-beignes.

Même je te les livre :

Le Grand (Méchant) Kapital.
Aviditor, et son fidèle Cupiditor.
Pis y a aussi la Main Invisib’.
(Dieu qu’ils sont laids).

Et je voudrais pas cafter, SuperDémago, mais je crois que c’est eux qui retiennent la Croissance.

Si.
Celle que tu voulais aller chercher point par point.

Avec les dents.
(Dieu qu’il est beau quand il sourit).

Aucun commentaire:

 
Add to Technorati Favorites