lundi 27 octobre 2008

Vade Retro, Vinas

J'avais écrit ce billet à l'époque de la sortie, "sur nos (multiples) écrans", du spot de "propagande gouvernementale anti-alcool" ci-dessous évoqué.
Et l'avais réservé, pour diverses raisons à un usage privé (les intéressés comprendront...)

Mais le dernier billet de Superno, en sus de la nouvelle "campagne amalgamo-moralisatriço-stimaguisante-anti-biture" qui se profile à l'horizon ces derniers temps [(malgré tous ses paradoxes Kapitalistes, et en dépit de l'existence flagrante de "gens normaux", entendez "ceux-capables-de-profiter-des-bonnes -choses de-la-vie-sans-trop-en-abuser-oui-ma-bonne-dame-ç'est-possib'-on-est-pas-tous-des-délinquants-routiers-pédophilo-violeurs")] a fini de me décider à le mettre en ligne ici.

A la vôtre!




Je dois vous avouer quelque chose.
C'est pas facile.
C'est un truc que je vis depuis tout petit.

Un truc super intime, du genre de ceux qu'on croit pouvoir refouler maîtriser, gérer.
Mais qui finissent invariablement par reprendre le dessus sur votre personnalité.

Bon, je me lance.
Hhhhhhhhhhhmm...(profonde inspiration), Pffffffffffffffffffff...(expiration et évacuation du stress).

Alors voilà nous sommes plusieurs dans ma tête des personnages différents pas méchants mais pas tous compatibles en même temps parce que des fois pas d'accord entre eux et ça génère des conflits intérieurs dedans mon Moi.

Mais sinon, ca va...

Ok.
Je me calme.

Ok.

En fait, je suis obligé de "gérer" plusieurs personnalités en même temps.
Voilà, là, je crois que c'est plus clair.

?
??

Bon, ok.
On va essayer par l'exemple.

Un des personnages que mon âme tortueuse hébergeait jusqu'ici s'appellait "André".
Dit "Dédé Bin Oué Ma Couille".

Je crois que tout le monde a compris quelle expression ponctuait toutes les phrases du personnage en question.

Le genre de gars pas méchant mais... Ah? Comment dire?
Différent?
Disons que "Dédé Bin Oué Ma Couille" etait très sûr de lui, tout le temps.

"Pis, c'est tout...
Passssssssss que quand même, heu, ahhhh... Quand Dédé y réfléchit c'est qu'il a prrriiiiiiiiiis le temps, hein.
Bin, ouaiiiis, ma couilleuuuuh."

Disait-il très, très, ..., TROP régulièrement.

Et lorsqu'il affirmait avoir "pris le temps", c'était...
Comment dire?
Dédé n'avait pas la même unité de mesure de temps que nous.Il comptait en Pastis.
10 pastis représentant une heure de notre échelle temporelle à nous, pour vous donner un ordre d'idée.
On comprendra aisément qu'il s'agit là d'une unité de mesure approximative...

Et puis Dédé est tombé là-dessus:




Ce fût le début de la fin.
Dédé était rongé de remords.
Les images défilaient sans cesse dans sa tête:

La noyade de sa cousine Berthe;
Le viol de la tante Céline;
L'étripage de papy René (qu'il a fini a coups de papy Gilbert);
L'épandage de ses vomissures sur le cousin Denis, mort étouffé.

C'est vrai qu'ils en tenaient une bonne ce soir là...

C'est vrai qu'une culpabilité pareille, c'est pas supportable.
Et d'autres images lui sont revenues aussi. Des choses terribles.

La fois où il avait dévoré le pitbull de la voisine.
Celle ou il avait découpé le petit aussi. Oui. Celui de la voisine.
Aussi.
Pis quand il avait couché avec Soeur-Thérèse, pendant la messe.
C'est vrai qu'elle avait pas l'air super consentante.

Il était saoûl, comme d'habitude, le soir de cette terrible prise de conscience.
Ne supportant plus tout cela, il s'est suicidé en plongeant dans une barrique.
Sous prétexte de battre un record d'apnée. Je l'ai pas vu venir...

Ce fût difficile, mais tout de même, j'approuve, dans le fond, ce spot de propagande, pub gouvernementale, marketing idéologique, "cette campagne de lutte contre l'alcoolisme, tout en finesse, tout en nuances".

Qui m'a débarrassé de cette plaie de "Dédé Bin Oué Ma Couille". Qui lui en manquait singulièrement.
De finesse.

Malheureusement, les "démons intérieurs" de certains ne semblent pas avoir succombé à ce spot de propagande, pub gouvernementale, marketing idéologique, "cette campagne de lutte contre l'alcoolisme, tout en finesse, tout en nuances" :





Mais gageons que d'autres ont été débarrassé des leurs:

La "classe internationale" au G8!!!

Moui.
J'ai peut-être été un peu dur à propos de Dédé.
Dans le fond.

QU'EST CE QUE JE VAIS ME FAIRE CHIER DANS LES MARIAGES, LES COMMUNIONS, SANS LUI!!!!

"Faire la chenille" à jeun, ça va être vachement moins évident.
Et je parle même pas de "La danse des canards"...

Ah, ça me fout le bourdon tiens.
Je vais m'écouter un petit peu de zik:


Découvrez Svinkels!




2 commentaires:

Zgur a dit…

Personnellement, je fais appliquer, (et parfois violemment si nécessaire), un boycott TOTAL de "La chenille" et autres "Danse des canards" (plus quelques autres).

Arf !

Zgur

Infocrate a dit…

Et voilà.
Et c'est encore la culture qui morfle...!

 
Add to Technorati Favorites