lundi 24 novembre 2008

Brûlure DU 1er degré


Le fait qu'il existe des différences flagrantes entre êtres humains est indéniable, on l'a vu ici récemment...

Ainsi sommes nous inégaux face à l'humour, par exemple.
Et aux mots.
Qui en sont, généralement, l'expression.

Notons toutefois, au passage, qu'il existe une forme d'humour qui ne passe pas, nécessairement, par l'emploi de ceux-ci:



Mais ce n'est pas le sujet.

En clair, "on s'en branle"...

Voilà d'ailleurs une expression qui me permet d'illustrer, derechef, mon propos:

"On s'en branle" ne signifie pas que l'on se livre à quelque activité masturbatoire, excité que l'on serait par l'objet de ce billet.
Et encore moins par la photo ci-dessus illustrant ce que peut être l'humour purement visuel.
Encore que chacun fasse ce qu'il veut...
Ne jugeons pas...

Notons également que les mêmes "acteurs" peuvent varier les plaisirs, et manier, alternativement, les deux types d'humour, avec plus ou moins de brio.
Et ainsi, y aller de temps en temps d'une bonne vanne.
Du type "Casse toi, alors, pov' con".

Mais trêve de disgressions, ce n'est pas l'objet de ce billet.

Revenons au "coeur du sujet":
(Non, le sujet n'a pas réellement, à proprement parler, d'organe ayant une quelconque fonction cardiaque. Effectivement. Commencez pas. Sinon, nous n'y arriverons pas. Merci.)

Certains prennent "au pied de la lettre" tout ce qu'ils peuvent lire, donc, disais-je.

Tenez, j'en vois, d'ailleurs, qui d'ores et déjà ont tourné les talons.
Estimant que, décidément, je les prenais vraiment pour des cons.
Parce que chacun sait qu'une lettre n'a pas de pieds...

En même temps, cela m'évitera d'utiliser un des miens.
Pour leur botter le fondement.

Parce que, oui, s'ils n'ont jamais éprouvé ce plaisir un peu coupable, et succomber au moins une fois à cette irrépressible envie de rire à une "bonne vanne bien trash", bien acide, de celle qui te font plisser le nez en disant "Oooooh... Quand même!", ces derniers, donc, peuvent "passer leur chemin".
(NON, il n'y a aucun chemin ici. C'est une image. C'est pénible, hein, de devoir tout expliquer...)

Me concernant, c'est plus fort que moi, voire quasi-génétique, puisque je devais déjà, bien au chaud dans le ventre maternel, percevoir les éclats de rires paternels. Provoqués par la lecture d' "Hara-Kiri". Ou "Charlie Hebdo".
Quand ce dernier était encore lisible...
J'irais même jusqu'a dire que c'est sans doute ce qui finit de me convaincre de sortir de là.
La perspective de pouvoir un jour tenir pareils propos, et d'en rire, je veux dire.
Et je ne vois toujours pas d'autres motifs valables, au vu de la tourmente ambiante, déjà d'actualité naguère (!).

Bref.

D'autres nous quitteront également (hélaaaaas?) si je leur dis de "ne pas prendre la mouche".
Estimant qu'il est intolérable que je puisse supputer (non, ce n'est pas vulgaire, là), de la sorte, que l'état de saleté de leur intérieur n'attire les bestioles en question, par cohortezentière.
Les mêmes se seraient de toutes façons étouffé de rage lorsque je leur aurais demandé "de ne pas les enculer".
Les mouches.

Il convient donc de se méfier, visiblement, des images que l'on emploie.
Et des mots que l'on utilise.

Ce qui me fait rire moi ("à gorge déployée") , pourra en plonger d'autres, dans la plus profonde des angoisses.
Ainsi pourrait-on penser que je suis en train de "jeter le bébé avec l'eau du bain", lorsque je parais mettre "dans le même sac" les oreilles chastes, et celles entourant un cerveau qui abrite un esprit (définitivement) réfractaire à la forme d'humour que je chéris.

NON, "jeter le bébé avec l'eau du bain" n'est pas une expression qui révèlerait une habitude, monstrueuse, consistant à me livrer à quelques actes de maltraitance que ce soient, sur mes enfants.

En même temps, qui "jette encore l'eau du bain"?
Dès lors qu'il suffit simplement d'ôter la bonde de la baignoire?
Par ailleurs, et pour rassurer les derniers "malades du 1er degré" qui auraient tenu jusqu'ici, je prends la précaution d'ôter mes enfants de la baignoire, au préalable.
Aucun risque qu'ils ne soient "siphonnés", ainsi...

'Voyez bien que je ne suis pas méchant...

"A gorge déployée"? "Dans le même sac"?

Ok.
Ces deux expressions-là m'ont échappé, pardon.

Concernant la 1ère, non, je tiens à rassurer les "irréductibles du sens premier".

Même lorsque je m'esclaffe, et cela arrive régulièrement, je ne dévoile jamais mon intimité oesophagique.

"On a pas élevé les cochons ensemble", non plus...
Et je n'ai jamais mis personne dans un sac, non plus. Bis.

Si ces derniers imbéciles voulaient bien sortir, la clarté des propos tenus ici y gagnerait beaucoup, je crois.
Merci.

Les cochons?
Pffffffffff.... Ca devient pénible, décidément...
NON, non et non.
Je ne me suis jamais livré à aucune activité professionnelle ayant trait à l'élevage porçin.

Mais je n'ai rien contre un bon plateau de "charcutailles".
Avec un petit "Fleurie".
Ou un "Chiroubles", "au pis aller".

"Au pis aller"?
Allez, c'est bon, François (*).
Tu sors, maintenant.
Merci.

Ah, tiens, pour finir, un CONTRE-EXEMPLE:

Les gens qui me connaissent bien disent souvent que je devrais apprendre à me modérer.
Que cette éducation à "coups d' Hara-kiri" et autres journaux maniant l'humour PROVOCANT, CHOQUANT, SUBVERSIF a créé un monstre.
Que je serais "prêt à mourir pour un bon mot".

Et ça, j'ai toujours cru que ce n'était qu'une expression...
Jusqu'à ce que je rencontre François (*).
Con comme une (De)souche... (*)


Découvrez Svinkels!








(*) Il s'agit là d'une forme d'humour différente.
Consistant à faire ce qu'on appelle une "private joke".
J'espère que les principaux intéressés apprécieront...

6 commentaires:

Yohann a dit…

Quelqu'un aurait-il l'amabilité de me résumer le sujet de ce billet ?

J'ai beau me retourner le cerveau à en faire des nœuds, même après trois lectures, je n'y comprend toujours rien...

Infocrate a dit…

Mais bien sûr, pas de problèmes.

Le sujet du présent billet est d'attirer l'attention de ses éventuels lecteurs de la distance qu'ils devront prendre avec mes mots.

Et avec l'humour que j'entends manier ici...

Qui n'est pas toujours du goût de tout le monde.

Distance indispensable pour pouvoir, sinon apprécier, au moins lire les suivants...

C'est plus clair là?

Chomp' a dit…

Infocrate !!
....
"... pas avec n'importe qui !"
....
Tu le sais bien, fichtre, foutre...

;-)

Infocrate a dit…

Je sais, je sais!

Une petite rechute...

Mais tu es là pour veiller, et je t'en remercie!

Heureusement qu'il n'y a pas que "n'importe qui" ici, quand même!

Zgur a dit…

Oui, mais comme de toutes façons, n'importe qui peut se pointer (presque) impunément ici, la précision a du sens, non ?

Arf !

Zgur

Infocrate a dit…

@Zgur

Point de discrimination ici.
Pas plus positive que négative.
Ni de censure.

Ta présence prouve qu'il n'y a pas que "n'importe qui" passant par là. 'Core une fois!

Et je m'en réjouis!

 
Add to Technorati Favorites