jeudi 6 novembre 2008

So what?

Ok. Je suis psycho-rigide.
C'est définitif.

Malgré les manifestations de joie débordante de nombre de mes congénères aujourd'hui, malgré les: "Tu te rends compte de la force du symbole, quand même", en dépit des: "Le Monde va changer, tu vas voir" (Oui, oui, rien de moins), et bien que l'ambiance générale planétaire soit à la fête mondialisée, JE RESTE SCEPTIQUE.

Parce que, oui, ok, un Noir Président des Etats-Unis, ça se pose là, en terme de symbole...
Et oui, je m'en réjouis.
'Videmment.

Sauf qu'en même temps, "tout le foin" qui est fait autour de la couleur de peau du nouveau " 'Rican President" en dit long, également, sur les luttes qu'il RESTE A MENER contre le racisme.

Parce qu'aux vues de la fixation quasi-obsessionnelle des médias mondiaux, quant à la concentration en mélanines de l'ADN BarrackObamien, on est en droit de penser que la valeur déclarative de la déclaration universelle des droits de l'Homme va rester telle qu'elle pendant encore 60 ans minimum.
Déclarative, donc.
Inutile, quoi.


Parce que, quand même, s'extasier, en 2008, sur le fait qu'un homme à la peau noire accède aux fonctions de Président de la République des Etats Unis, c'est pas un peu grotesque?
Relisez le document -certes "à valeur déclarative"- sus-cité, s'il vous plaît.
On devrait pas se dire qu'il était temps, en fait?
Hein?

Bon. Admettons.
C'est un symbole fort.
Ok.

"OK. Obama est Noir.
Le Monde avance,
Lentement, mais il avance..."
Tentais-je donc de me persuader, tout au long de cette journée, cherchant à me caler sur les bonnes vibrations qui rayonnaient de par le Monde en cette journée de communionzédepaix globale.

Et après?
So what?

Ce mec, perçu quasi-mondialement comme rien moins que la résurrection du "fils de Dieu"; en gros; vient d'hériter du "Job le plus pourri de la Terre en ce moment"; en fait.

Ce dont parlent brillamment Agnès, ici, et Le Yéti, .
Et Superno, également ici.

Non.
Je ne vois pas ce qu'il y aurait à ajouter à si brillantes analyses.

...

Si, un truc:
Une fois que l'ESPOIR (aveugle tant qu'irrationel), placé en de si futilezéfactices "pseudo-révolutions", aura laissé place à la cruelle évidence que rien n'a changé (et ne changera pas juste parce que c'est un homme noir qui pilote), les vrais, de changements, les profonds, ils arriveront, fatalement?

"There is no alternative".

Nan?


Janis Joplin- Summertime (Live)

2 commentaires:

SuperNo a dit…

Je viens de lire ton billet à l'occasion d'un petit tour de ma blogoliste comme je le fais trop rarement, et je constate une troublante coïncidence de points de vue, même dans les termes (comme "symbole").

J'ai pourtant pas pompé, je le jure ;-)

Infocrate a dit…

'Tin, Superno qui me promet qu'il a pas copié!

LA classe internationale!

Ca t'apprendra, en même temps, à ne faire le tour de ta blogoliste que trop rarement :-))

Alors:

1. Même si, (et je suis bien évidemment convaincu du contraire!), je t'avais inspiré ce billet, plutôt que copié, je me sentirais flatté!

2. C'est quand même pas la 1ère fois qu'on est d'accord...

3. Apparemment, nombre de blogueurs partagent cet avis et cette méfiance sur l'espoir planétaire, limite mystique, qu' "ON" fait peser sur les épaules du gars Barack. Et du coup, les questions quant à la suite des évènements quand le soufflé sera retombé, et qu'il faudra le manger froid...

 
Add to Technorati Favorites