mercredi 1 avril 2009

30 millions d'ennemis?

Difficile d'échapper ces derniers jours aux récits des atroces faits divers que constituent les attaques de chiens, généralement à l'encontre d'enfants.

Ainsi apprenait-on qu'à Sarcelles, un garçon était attaqué par trois chiens, ce 31 Mars 2009.

Une fillette trouvait la mort le 28 Mars 2009, dans des circonstances terribles, attaquée par les deux dogues allemands familiaux,dans la Marne.

Dans les Ardennes, c'est un enfant de cinq ans qui subissait un terrible assaut canin, le 30 Mars 2009.

S'il n'est pas concevable de remettre en cause les tragédies traversées par les familles concernées, il n'en reste pas moins qu'une accumulation d'attaques de ce genre, sur une période relativement courte peut pousser à s'interroger.

S'agit-il d'une recrudescence soudaine des attaques canines?
La mise en avant, dans les medias, de telles informations qui, aussi terribles soient-elles, n' en restent pas moins des faits divers, traduit-elle une augmentation de l'agressivité, parfois mortelle, de la gent canine?

Les médias n'ont pas choisi de les traiter sous cet angle, quoi qu'il en soit.
Pourtant, le journaliste qui reprend ces dépêches, aussi souvent que ces derniers jours, devrait sans doute s'interroger sur cet aspect des choses.
Car il ne peut lui avoir échappé que ce type d'information "fait la Une" de nombreuses rédactions, "massivement"...

Alors même que les assauts d'un autre type de meutes semblent connaître dernièrement un regain également inquiétant.
Tendant à s'accroître dangereusement.
Mais ne bénéficie pas du même type de "couverture médiatique", curieusement.

A Strasbourg, Christian Grosse,membre du secrétariat local du PCF et du collectif anti-OTAN, a dû faire preuve du plus grand courage face à deux petits roquets, particulièrement agressifs.
Et visiblement excités à la vue du drapeau pacifiste qu'il arborait à sa fenêtre, en signe de protestation quant au retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN.


A Perreux/Marne, deux jeunes lycéens créent un blog afin de relayer un certain nombre d'informations concernant la "réforme Darcos" et les mobilisations qu'elle engendre.
Deux fonctionnaires de police, ex-RG, par l'odeur alléchée, ne tarderont pas à venir renifler la piste de ces dangereux révolutionnaires.

Il est vrai que le blog concerné a reçu une quinzaine de visites, en tout et pour tout.
On appréciera ici le flair des deux fins limiers...


Eric Raoult lui, aboie contre Facebook, et demande la suppression du groupe "Pour l'immolation d'Eric Raoult...Il était une fois le Raincix", présenté comme suit par ses créateurs
:

"Nous sommes en 2009 après J.C., toute la Gaule est occupée par des individus d'ADN douteux... Toute ? Non ! Un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur : (armoierie avec les deux cerfs) Le Raincy où le grand chef Eric Raoult tâche de faire régner l'ordre."

Il faut reconnaître que le " climat de violence et d'utilisation du Net pour des appels et des incitations à la haine" que dénonce "le Raoult", tous crocs et grondements dehors, est parfaitement illustré par ce petit texte d'introdution.
Et que les auteurs de pareilles horreurs ne peuvent être que de sombres terroristes sanguinaires.
Organisés.
Qui vont jusqu'à mettre en ligne leurs sombres desseins.
Preuve qu'ils n'ont peur de rien.

La direction de France 3, n'écoutant que la voix de son maître, poursuit de ses jappements ridicules deux journalistes de Rue89 et de ses PROPRES EQUIPES, pour « vol, recel et contrefaçon », les odieux journalistes étant soupçonnés d'avoir mis en ligne la séquence où l'on peut voir et entendre N. Sarkozy s'exprimer "Off," comme on dit dans le milieu.

Enfin, F. Lefebvre, porte-parole de l'UMP, s'érige quant à lui, en véritable cerbère du Net.
Parce que d'après lui, le réseau serait tout bonnement la porte des Enfers:

"(...)L’absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes ! Combien faudra-t-il de jeunes filles violées pour que les autorités réagissent ? Combien faudra-t-il de morts suite à l’absorption de faux médicaments ? Combien faudra-t-il d’adolescents manipulés ?
Combien faudra-t-il de bombes artisanales explosant aux quatre coins du monde?
Combien faudra-t-il de créateurs ruinés par le pillage de leurs œuvres ?
Il est temps, mes chers collègues, que se réunisse un G20 du Net qui décide de réguler ce mode de communication moderne envahi par toutes les mafias du monde.
"
Déclarait le triste sire, en Décembre 2008, devant l'Assemblée Nationale, afin de défendre un amendement visant, entre autres choses, à placer Internet sous le contrôle du CSA.

Le même F. Lefebvre, qui montre les dents dès que la moindre critique est émise à l'égard d'HADOPI, ce nouveau projet de loi qui prévoit la mise en place d'une "liste blanche" de sites autorisés, seules et uniques pages du Net accessibles aux utilisateurs de point d'accès publics.

Ou comment sauter à la gorge de la liberté d'expression, sans avoir l'air d'y toucher, au nom de la lutte contre le piratage et pour la sauvegarde de la création artistique!
Du Grand Art!

Le droit de manifester subit lui aussi très régulièrement des attaques d'une rare violence, en ces temps de mobilisation fréquentes.

A Amiens, ce 23 Mars 2009, les CRS s'en prennent violemment à des manifestants pacifistes.
Le réflexe pavlovien du coup de matraque n'étant plus conditionné visiblement par une hostilité évidente des manifestants, mais bel et bien désormais, par leur simple présence...

A Toulouse, le 19 Mars 2009, ce sont les policiers de la BAC, ainsi que les CRS qui chargent.
A l'instar de certains canidés particulièrement agressifs, ces derniers ne supportent sans doute pas qu'on soutiennent leurs regards. Et vise donc la tête des manifestants, avec leurs "jouets à ba-balles" préférés, particulièrement dangereux.

A Marseille, lors de la mobilisation du 19 Mars dernier, ce sont deux manifestants, issus d'un troupeau de moutons noirs de 200 000 têtes (quand même...), qui sont la proie des chiens de bergers visiblement devenus fous.

Et qui vont désormais être saisis à la gorge par la Justice, qui n'hésite pas à déclarer à Steve Jaeger, qui tentait d'aider son "co-accusé" face aux violences policières, qu'il, je cite: "(...)n'avait rien à faire là!"

A Marseille toujours, le 27 Mars 2009, lors de la venue de M. Fillon, trente enseignants-chercheurs sont interpellés et retenus durant 1h30 par les forces de l'ordre (?!). Leur désir de manifester leur mécontement étant la seule charge retenue contre eux, il apparaît donc logique de considérer que celui-ci est désormais un délit.

La liste ci-dessus n'est malheureusement pas exhaustive...

Comme cherchent à le montrer les médias actuellement, les attaques perpétrées par des chiens dangereux se multiplient..
Visiblement, étudier le phénomène en question, au-delà du traitement habituellement réservé à ce type de fait divers, à l'aide de données statistiques, en cherchant auprès d'experts un avis éclairé, n'est pas une priorité dans les rédactions de notre presse nationale...

Pas plus que couvrir largement les attaques incessantes que subissent la liberté d'expression ou le droit de manifester.
Quant à analyser les causes et les conséquences de ces dernières, encore faudrait-il commencer à rendre compte de leur ampleur...

J'ai de plus en plus peur des chiens, dans ce pays.





5 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est hélas ce que les médias "politiquement corrects" font depuis pas mal de temps non ? focaliser l'attention "des gens" sur des faits divers sordides ou totalement effrayants pour que ces gens finissent par se méfier de leurs voisins ou "des gens pas comme eux" afin que ceux qui nous gouvernent puissent faire aboyer leurs chiens...
Les chiens aboient... la "caravane" passe ;-)

Syliou

Infocrate a dit…

C'est exactement ça.
Et si on lançait l'attaque de la caravane?

Anonyme a dit…

je viens d'amerique latine, et toute cette histoire de police violente, corrupte, persecution a la liberté d'expression, (surtout avec la dangereuse jeunesse), control de medias... m'est tellement familiale...

ouvrons les yeux... il ne faut pas laisser avancer la machine

cella est une chanson, presque un hymne en argentine....
desolé, mais j'arrive pas a faire une bonne traduction...
si qulqu'un comprends...

PARA EL PUEBLO LO QUE ES DEL PUEBLO '
Libertad era un asunto
Mal mal manejado por tres
Libertad era almirante
General o brigadier.

Para elpueblo Lo que es del pueblo
Porque el pueblo se lo ganó
Para el pueblo lo que es del pueblo
Para el pueblo liberación.

Comer bien era muy raro
Comer poco era normal
Comer era subersivo
Para el señor militar

Era un acto de violencia
La alegría popular
El pueblo tiene paciencia
Dijo un señor general

Estudiar era un pecado
Clandestino era saber
Porque cuando el pueblo sabe
No lo engaña un brigadier

Prohibiremos la esperanza
Y prohibido está nacer
Hablado: No será mucho almirante
No faltaba más coronel

Y al país lo remataron
Y lo remataron mal
Lo partieron en pedazos
Y ahora hay que volverlo a armar

Y ahora el pueblo está en la calle
A cuidar y a defender
Esta patria que ganamos
Liberada debe ser

Para elpueblo Lo que es del pueblo
Porque el pueblo se lo ganó
Para el pueblo lo que es del pueblo
Para el pueblo liberación.

Piero

http://www.youtube.com/v/pNnaxTfEFMc&hl=fr&fs=1

Anonyme a dit…

(pour le peuple, ce qui est au peuple
parce qu'il l'a gagné
pour le peuple, ce qui est au peuple
pour le peuple la liberté)

(etudier est un peché,
clandestin est le savoir
parce que qund le peuple a le savoir
il se laisse pas faire...)

Infocrate a dit…

@Anonyme (Pas tant que ça!) de 13:21:

"(...)ouvrons les yeux... il ne faut pas laisser avancer la machine"

Ce qui m'inquiète particulièrement, c'est que ce genre de dérapages n'est "parlant" qu'aux yeux de gens ayant traversé ce genre de choses.

Les violences policières, la restriction des libertés deviennent nombreuses, flagrantes dans une indifférence quasi-générale.

@Anonyme de 14:56

Merci pour ce petit bout de traduction :-)

 
Add to Technorati Favorites