vendredi 24 avril 2009

Ce joli mois de Mai

Il flotte dans l'air, en ce moment, comme un parfum enivrant.

Que l'on pourrait croire, de prime abord, "simplement" chargé des fragrances propres à la période printanière qui débute.
De cette odeur, si particulière, de l'herbe noyée par la première averse orageuse de l'année.
De ce parfum, reconnaissable entre tous, que dégage la terre qui commence, paresseusement, à se réchauffer.
De ces senteurs, typiques, de la fleur sur le point d'éclore.

Mais une fois passé le bonheur engendré par ces sensations maintes et maintes fois éprouvées, l'on pourra déceler dans l'air ambiant certaines senteurs nouvelles.

Il serait bien possible, cette fois-ci, que le printemps qui s'annonce, ne soit pas "simplement" ce renouveau, cyclique autant que séculier, que l'on connaît d'années en années.

Parce qu'à bien humer, la fleur sur le point d'éclore et qui répand son parfum alentour, s'avère d'une espèce devenue rarissime.
Celle de la colère.

De cette colère engendrée par trop d'années passées à courber l'échine, par trop de temps passé à supporter, passivement, silencieusement.
Une fleur qui aurait poussé dans le terreau de l'exploitation outrancière, au sein des champs de l'esclavagisme moderne.
De cette rage née de trop de silence contraints.

Il est probable, également, que ces orages printaniers ne se multiplient, plus violents les uns que les autres. Pour finalement se muer en une véritable tempête. Engendrant, par réaction un véritable cyclone. Social. Sociétal.

Nul doute alors que la température ne cessera de croître, provoquant incendie sur incendie, les foyers se multipliant à l'infini.

Plus que le renouveau évoqué maintes et maintes fois, peut-être ce printemps-ci sera-t-il celui d'un "Nouveau", tout court?

Oui, décidément, ce joli mois de Mai qui s'annonce, risque d'être brûlant...

2 commentaires:

celeste a dit…

par association de pensées et parce que j'ai ce que tu as écrit:

" (...)Enfin tu as donné les noms simples à toutes les fleurs simples
Et la plus grande la plus belle
Celle qui pousse toute droite sur le fumier de la misère
Celle qui se dresse à côté des vieux ressorts rouillés
A côté des vieux chiens mouillés
A côte des vieux matelas éventrés
A côté des baraques de planches où vivent les sous-alimentés
Cette fleur tellement vivante
Toute jaune toute brillante
Celle que les savants appellent Hélianthe
Toi tu l'as appelée soleil
...Soleil...(...)"

Jacques Prévert

Le reste du poème est là:
http://www.feelingsurfer.net/garp/poesie/Prevert.FleursEtCouronnes.html

Infocrate a dit…

Salut Celeste,

Déconne pas trop avec l'"association de pensées", on risque d'être classés dans les bandes organisées.

Le ministère de l'intérieur en voit partout!

Ce serait dommage de ne pas pouvoir profiter du printemps...

Et merci pour le lien :-)

 
Add to Technorati Favorites